Irlande

De WikiCycloPays
Aller à la navigation Aller à la recherche
Vous pouvez modifier cette page en remplissant toutes les parties ou n'ajouter que quelques lignes, le plus important est de contribuer. D'autres passeront derrière vous pour étoffer. Le but est l'enrichissement du contenu. Si vous avez un doute, mettez vos idées dans la page « discussion » de l'article. Le contenu doit être orienté cyclo-voyageurs : ceux qui voyagent en autonomie !
Irl 1000px.jpg

L'histoire est compliquée, parfois tragique et surtout sanglante. Pour faire court : les Anglais ont colonisé l'île d'Ireland, largement catholique, afin que le pays ne s'allie pas avec l'Espagne et la France contre une Angleterre toute récemment protestante.

L'Irlande est devenue partie du Royaume de Grande-Bretagne et ses députés faisaient partie de la Chambre des communes à Londres, mais il y avait une pression forte pour que le pays devienne indépendant, ce qu'il est devenu en 1922.

Les six comtés du nord, plutôt protestants, ont opté pour rester avec la Grande-Bretagne. Ce qui a créé un problème, parce que l’Irlande du Nord (Ulster) n’a pas le statut de pays comme l’Angleterre, l’Écosse et le Pays de Galles. Elle est ni l'un ni l'autre, ni partie de la Grande-Bretagne (le Royaume-Uni est The United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland), ni de la République d'Irlande. C’est l’origine de The Troubles entre les armées secrètes des catholiques (IRA) et des protestants (UVF et d'autres) pendant les années 70 et 80.

La situation est maintenant paisible, vous pouvez rouler sans souci. Mais les anciennes tensions sont toujours là ; ne jamais oublier que l'Irlande et l'Irlande du Nord ne sont pas le même pays.

Pour les protestants c'est Londonderry et, pour les catholiques, Derry

Ce que vous aimerez certainement

  • Les gens ouverts et aimables
  • Les pubs, souvent avec de la musique
  • Le paysage, vert et doux, et la côte atlantique
Irlande1.jpg

Ce que vous pourriez ne pas aimer

  • L'étalement des villages et ses bungalows blancs
  • La pluie, toujours possible

Généralités

Politique

La République d'Irlande est un membre de l’Union Européenne sans être dans l’espace Schengen. Les Français peuvent y aller avec une carte d'identité. C'est également le cas pour l'Irlande du Nord, mais le Brexit a changé les règles, affaire à suivre... La frontière entre les deux régions est ouverte mais souvent avec des contrôles, surtout dans les périodes de tension.

La République d'Irlande (Éire de son nom irlandais) utilise l'euro, alors que l'Irlande du Nord a gardé la livre sterling.

Distances/reliefs

L'intérieur est sans difficultés, alors que le littoral et le sud-ouest sont souvent exigeants. L’Irlande a une superficie de 84 421 km2 (la France : 643 801 km2). Quelques distances : Cork-Dublin, 297 km ; Dublin-Belfast 169 km ; Londonderry – Cork 430 km.

Météo/ Climat

L'Irlande est verte pour une bonne raison : il pleut 150 jours par an dans l'est et 225 jours dans les régions les plus pluvieuses de l'ouest. Mais vous pouvez dans la même journée avoir de la pluie et attraper un coup de soleil. Le mois de mai est le plus sec (relativement...), mais les températures dépassent peu les 15°C.

L'été, attention aux midges, de toutes petites moustiques qui sortent au crépuscule, et dévorent le cyclo-voyageur qui aura négligé de prendre un pantalon, et qui voyage avec une tente à moustiquaire à grosses mailles ou un simple tarp...

Vents

Le vent vient principalement de l'Atlantique. Selon le service météo national, les côtes nord et ouest d'Irlande sont « deux des régions les plus venteuses en Europe ». L'intérieur est beaucoup plus calme.

Y aller

Par avion vers Dublin et Belfast, mais aussi par bateau : Le Havre – Rosslare, Cherbourg – Dublin, Cherbourg – Rosslare, Roscoff – Rosslare, et depuis l'ouest de la Grande Bretagne. Il y a des trains direct (qui acceptent les vélos) de Paris à Cherbourg ; pour Roscoff descendre à Morlaix et longer la jolie côte.

Irlande3.jpg

Langues

L'anglais est présent partout mais dans certains districts de l'ouest et du nord, formant ensemble le Gaeltacht, le gaélique est reconnu comme la langue vernaculaire majoritaire. Vous en entendrez donc un peu plus qu'ailleurs. Les panneaux routiers y sont parfois uniquement en gaélique. Au bout de quelques kilomètres vous aurez appris quelques mots courants dans la signalisation comme "ralentir" ou "cédez-le-passage". Les panneaux indiquant des lieux sont souvent bilingues dans toute l'île, y compris en Irlande du Nord.

Tout le monde parle l'anglais.

À vélo

Carte / Guide

Une carte Michelin de toute l'île peut être utile pour avoir une vue d'ensemble mais ne montrera pas toutes les routes.

On prend soin des cyclistes en Irlande

L'Ordnance Survey irlandais (OSI) produit des cartes du pays dont les plus pratiques au dire des cyclo-voyageurs locaux inconditionnels de la carte papier sont sans doute celles au 1:250.000ème qui découpent le pays en 4 (North, South, East, West).

Toutes les applications ou sites web cartographiques sur smartphone fonctionnent aussi bien qu'en France d'autant que le réseau mobile est bon et que les opérateurs français n'appliquent pas de frais d'itinérance, ni en République d'Irlande, ni en Irlande du Nord.

Sur papier comme sur écran, vous apprécierez d'avoir les noms gaéliques des villes.

Côté guides, le guide du Routard présente l'intérêt de préciser si les campings acceptent les tentes. Ce n'est pas toujours le cas.

Routes-Circulation

On roule à gauche, les règles de circulation sont à peu près les mêmes qu'en France et la signalisation est très explicite. Il n'existe pas d'équivalent à la priorité à droite, mais les carrefours sont dans l'immense majorité très clairs sur les priorités.

Les pistes cyclables ne sont pas obligatoires depuis octobre 2012, mais vous n'en rencontrerez pas beaucoup ! Le pays est très en retard sur les aménagements cyclables. Vous rencontrerez quand même quelques bandes cyclables. Il existe quelques voies vertes à l'ouest de Dublin, près de Cork et autour de Westport. Mais le reste du pays en est plutôt dépourvu. De grands projets sont néanmoins en cours, comme sur l'ancienne voie ferrée de Limerick jusqu'à Caherciveen dans le Ring of Kerry, mais il y en a pour des années de travaux.

Le balisage cyclable est presque inexistant en République d'Irlande (en 2022) à l'exception de l'Eurovélo 1 (la route de l'Atlantique). Mais même sur l'Eurovélo 1, il est plutôt pauvre avec très peu d'indications de direction ou de distance et plutôt de simples pictogrammes vélos. Et parfois vous serez rabattus sur de grandes routes nationales limitées à 100km/h et sans la moindre bande cyclable. En Irlande du Nord par contre, il y a davantage d'itinéraires et d'aménagements. Le National Cycle Network que l'on trouve sur l'île de Grande Bretagne y a été étendu.

Attention au passage de frontière (presque invisible), les distances sont indiqués en kilomètres d'un côté, en miles de l'autre, et sans indication de l'unité.

Les routes autour de Dublin, Cork, Belfast et des autres grandes villes sont comme celles de toutes les grandes villes, très chargées en trafic. Le reste du pays est beaucoup plus tranquille.

Ballyieragh, près de Cork

Sur les petites routes, les Irlandais savent attendre quand ils ne peuvent doubler, ne vous klaxonnent pas et dépassent large. Sur les plus grandes routes c'est moins vrai et vous pourriez avoir quelques frayeurs. Il y a beaucoup plus de grosse voitures qu'en France, le niveau de vie y est plus élevé et peut-être que les agences de location en proposent davantage. Vous ne repérerez pas facilement tous les touristes car les plaques étrangères sont assez rares même en pleine saison.

Autour des péninsules de Dingle et du Kerry, ainsi qu'autour du Burren, les routes étroites imposent une circulation des bus dans un seul sens, pour éviter qu'ils aient à se croiser ; en pratique dans le sens horaire, pour être au plus proche de l'eau. Le Routard conseille aux camping-caristes de faire de même. À vélo il serait donc préférable de rouler dans l'autre sens ; presque personne ne vous doublera et le peu de circulation permet de traverser à tout moment pour faire une jolie photo. Ce conseil est à prendre avec des pincettes, ce n'est pas ce que tous les cyclo-voyageurs ont constaté.

Le revêtement des routes est rarement bon ; il reste roulant mais rugueux et peu confortable. Attendez-vous à être secoué. Toutefois, comme en France, la moindre petite route est goudronnée (même avec un peu d'herbe au milieu), vous ne devriez pas rouler beaucoup dans la gadoue.

Vélo

Comme en France, vous pouvez roulez avec le vélo que vous voulez.

Réparations

On trouve des vélocistes dans les grandes villes, mais pas aussi facilement qu'en France (il n'y a par exemple qu'un seul vélociste à Derry (en 2022) et il est loin du centre-ville, alors que c'est une ville de plus de 80.000 habitants !). Dans les villages touristiques il y a souvent des loueurs de vélos qui peuvent réparer. Le mieux est de demander à un office de tourisme, une mairie... Il y a toujours quelqu'un.

À certains endroits touristiques du comté de Limerick, notamment au centre d'accueil des Cliffs of Moher, on trouve des stands de maintenance vélo avec des outils et une pompe à disposition. C'est le cas aussi dans le comté de Mayo. Ils restent quand même assez rare pour trop compter dessus.

Transports locaux

Le train

En République d'Irlande comme en Irlande du Nord, les trains acceptent généralement les vélos gratuitement. Ce sont un peu les mêmes règles qu'en France, les vélos spéciaux ne sont pas officiellement acceptés. Officieusement c'est dingue ce qu'on obtient avec de la courtoisie.

Irish Rails au sud propose la réservation de place vélo (toujours gratuite) avec l'achat du billet sur son site. Par contre il est impossible de réserver un billet dans le sens Belfast-Dublin seul, dans ce cas il faut passer par l'opérateur du nord.

Translink, l'opérateur du nord, accepte les vélos gratuitement sur tous ses trains hors heures de pointes sans réservation préalable et dans la limite de 4 vélos par train. Heureusement ils sont cadencés toutes les heures sur la plupart des lignes (qui fonctionnent comme un RER autour de Belfast) et il n'y a pas beaucoup d'autres vélos pour vous faire concurrence à ces emplacements.

Sur la ligne Belfast-Dublin (les trains "Enterprise"), les vélos sont dans un espace fourgon à part, plutôt loin des voitures de seconde classe. Si vous faites le trajet en totalité ce n'est pas gênant, mais ce n'est pas très pratique si vous montez à un arrêt intermédiaire. Le personnel se pliera toutefois en 4 pour vous aider, allant jusqu'à porter votre vélo dans les escaliers sans que vous ne le demandiez si l'ascenseur est en maintenance (vécu à Belfast !).

Le bus

  • Les bus intercity de Bus Éireann acceptent les vélos s'il y a de la place, un ticket supplémentaire semble nécessaire mais il faut comprendre le fonctionnement de l'automate (nous on n'a pas compris...) Les vélos pliants sont gratuits quand ils sont emballés, sinon ils sont payants. Site à consulter (en anglais) irishcycle.com

Rouler au quotidien

Hébergements

Des lieux où s'arrêter un peu partout

avec un toit

  • On trouve beaucoup de bed-and-breakfast partout. Ils sont beaucoup plus cher à Dublin qu'ailleurs. Hors Dublin, même en été, il reste très facile de réserver tardivement quand on privilégie le coup de téléphone plutôt que de se contenter des établissement présents sur les plateformes comme Booking ou Airbnb qui sont pris d'assaut bien plus vite.

camping - bivouac

Même en pleine saison touristique, il est inutile de réserver au camping. En voiture vous seriez débouter mais il y a toujours de la place pour les randonneurs et les cyclistes. Ce sera rarement un emplacement gigantesque, attendez-vous à un peu de promiscuité.

Les campings sont plutôt mieux équipés qu'en France avec généralement une cuisine avec une bouilloire, un micro-onde ou des plaques ou une salle où s'abriter de la météo et des midges.

Attention, tout ce qui s'appelle camping n'accepte pas forcément les campeurs sous tente.

Le camping sauvage n'est pas chose aisée. Tout est plutôt fermé ou barricadé derrière haies, clôtures, murets et des panneaux "no trespassing" (ne pas pénétrer), "under CCTV" (site sous vidéo-surveillance)... Et si ce n'est pas barricadé, c'est probablement une tourbière spongieuse (le "bog") et envahie de midges à la nuit tombée. Vous pouvez néanmoins en faire avec discrétion ou en demandant aux fermes ou habitations. Les paysans laissent volontiers accès à un coin de champ, mais ne semblent pas trop comprendre ce qui pousse à dormir sous tente... et les maisons peuvent être rares (Burren, Connemara), pas facile de savoir à qui demander.

Approvisionnements

Nourriture

Des maquereaux fumées localement

Aucun problème. Des supermarchés dans les grande villes, souvent une épicerie ailleurs. Par contre, difficile de trouver autre chose que du Cheddar ou du Blue of Cashel comme fromage, un comble pour un pays peuplé de vaches et de brebis. Pas facile non plus de trouver du vrai chocolat.

Vous trouverez des supermarché discount comme en France (Aldi, Lidl...), des Tesco comme au Royaume-Uni et beaucoup de SuperValu.

Bien que la religion soit très présente, les magasin gardent de larges horaires d'ouvertures le dimanche et les jours fériés. Vous aurez moins besoin de faire des provisions à l'avance pour ces jours-là qu'en France.

Eau

Potable partout

Réchaud

Recharges uniquement dans les grandes villes. L'alcool à brûler (methylethilene,ou simplement "meths") se trouve dans les magasins de bricolage, dans les villes moyennes, à un prix élevé. Il est teinté.

Si vous dormez dans les campings, vous n'aurez pas beaucoup besoin de votre réchaud.

Téléphonie mobile-Internet

Un bon réseau mais de temps en temps des difficultés dans les petits villages. Wifi assez répandu, par exemple dans les coffee shop (et ça requinque entre deux côtes).

Contacts

Relations

Aucun problème, les Irlandais ne sont pas spécialement farouches

Tourisme

Les touristes sont présents en masse à Dublin, Cork, Galway et quelques autres villes.

Le long de la côte ils sont nombreux dans tous les villages, surtout dans le sud et l'Ouest ainsi qu'à la Chaussée des Géants. L'effet Star Wars dans le Kerry et Game of Thrones en Irlande du Nord se fait sentir. Le trafic peut être assez dense sur certaines routes côtières, notamment le Ring of Kerry et la péninsule de Dingle où il n'y a pas beaucoup de choix pour prendre d'autres routes.

Dans le reste du pays c'est beaucoup plus calme.

Habillement

Comme en France. Avec de bons vêtements de pluie et surtout, selon la région parcourue, un filet de protection contre les midges. Il existe des filets à mettre par dessus un csaque ou une casquette ou encore des modèles avec le filet intégré au chapeau. Cet équipement est indispensable pour ne pas être harcelé le matin et le soir au moment de monter/démonter la tente. En général la tente crée un abri dans lequel le CO2 se stocke et attire inexorablement les midges.

Pour les dormeurs sensibles à la lumière prenez un petit masque. L'Irlande est bien plus haute et en été la lumière arrive de bonne heure.

Enfants

Si vous voyagez avec de jeunes enfants, vous serez plus sensibles au manque d'aménagements cyclables et devrez préparer votre itinéraire avec un peu plus de soin si vous voulez être sûr d'éviter quelques grandes routes à 100km/h que même les itinéraires balisés n'évitent pas.

Sur la route, les cyclo-voyageurs sont rares et ceux avec des enfants encore plus.

Sécurité

Bonne

Tourisme

Quelques sites majeurs

  • Les Monts Wicklow par la Military Road entre Dublin et Glendalough. Vous êtes en pleine nature sauvage à 15km à peine du centre de Dublin et sur la plus haute route du pays (à un peu plus de 500m d'altitude). Le site de Glendalough lui-même est splendide avec sa tour, sa cathédrale en ruine au milieu du cimetière et ce grand lac au fond de la vallée
  • Le Ring of Kerry, en n'oubliant pas de passer par le Gap of Dunloe en embarquant son vélo sur un bateau pour traverser le lac et remonter la rivière. Vous croiserez beaucoup de calèches à qui il faut céder le passage bien sûr. Le Ballagasheen Pass est également très beau et peu fréquenté. Par contre le Skellig Ring, pour voir les fameuses îles Skellig est très très fréquenté et surtout très très raide !
  • La péninsule de Dingle, qui concentre tous les clichés de l'Irlande, entre montagne et mer et avec des douches fréquentes. Le plus beau étant l'Ouest de Dingle : la Slea Head Drive. Le Connor Pass (454m) est également très beau et présente l'avantage d'éviter la route nationale.
  • La région des Burren (la côte comme l'intérieur). Une petite randonnée pédestre au Mullaghmore près de Corrofin fait bien pénétrer dans le Karst.
  • Les Cliffs of Moher
  • Les Îles d'Aran : certains bateaux prennent les vélos, il y a un camping sur Inishmoor, pour profiter du coucher de soleil sur les falaises alors que la foule est rentrée dormir à Galway. Cela permet aussi de traverser des Burrens au Connemara (et vice versa), si on veut éviter Galway.
  • La côte ouest du Connemara, même si c'est très fréquenté par les français (merci Sardou !), dont la Sky Road à Clifden, sublime dans le sens horaire, et le tour du fjord de Killary Harbour.
  • Le comté de Mayo: entre le Killary Harbour et Westport puis en direction d'Achill Island ou de la Nephin Drive. Au dessus de Westport, le Croagh Patrick se grimpe à pied en environ 4h aller-retour. C'est un lieu de pèlerinage très fréquenté mais c'est surtout un panorama extraordinaire sur la Clew Bay et ses centaines d'ilots.
  • la portion de l'Eurovélo 1 qui longe le mont Errigal dans le Donegal
  • le Grianan of Aileach, un fort datant de l'âge du bronze à la forme circulaire impressionnante et avec une vue splendide. (La montée finale est plutôt raide) Il se situe dans les environs de Derry.
  • la Chaussée des Géants qui n'est pas au patrimoine mondial de l'UNESCO pour rien.
  • les Glens of Antrim en Irlande du Nord, aussi bien la petite route surplombante au niveau de Torr Head que la grande route (A2) pas si fréquentée que ça qui longe la mer à ras.

Pour aller plus loin

Quelques itinéraires fléchés
  • Pour explorer la côte ouest (la plus intéressante), essayez les 2 500 km de la Wild Atlantic Way (en anglais) wildatlanticway.com
  • Pour des circuits intéressants cyclingireland.ie
  • Eurovélo en Irlande (1,2) : https://fr.eurovelo.com/ireland

Articles apparus dans la revue CCI

Itinéraires

en vert, trajet à vélo; en bleu, en bateau; en rose, en bus ou voiture.
en vert, trajet à vélo; en bleu, en bateau; en rose, en bus ou voiture.
Parcours cote Ouest
  • Itinéraire réalisé en ± 1 mois sur mai-juin 2019

En arrivant par le ferry à Rosslare en provenance du Pays de Galle (United-Kingdom ou de la France vous pourrez longer la côte sud via l’eurovélo route 1. Après Waterford et quelques passages de bacs, vous n’hésitez pas à rentrer sur les presqu’îles du Lough Mahon et rejoindre la partie sud. De là une voie verte vous emmènera au centre de Cork.

Au nord de la ville, il est possible de suivre de petites routes le long des méandres de la rivière Lee jusqu’aux confins ouest du comté de Cork. A Glengarrif la boucle de la baie de Bantry à la baie de Kenmare est une première mise en jambe sur les routes découpées de la côte ouest. Une fois rentré dans le comté du Kerry, depuis Kenmare, vous pourrez effectuer le tour du Ring of Kerry. Entre petites baies cachées de ci de là et routes bordées de rhododendrons géants vous prendrez un grand bol d’air irlandais. Arrêtez-vous quelques instants dans le pittoresque village de Sneem où une stèle signale le passage d’un général français.

Arrivé au nord du ring, prenez les petites routes dans la direction des monts vers le Ballaghbeama Gap (Col) puis le Molls Gap pour entrer dans le très joli « Killarney National Park ». La route principale du parc n’est pas très grande et assez touristique mais elle est toute en descente vers Killarney. Vous y aurez des points de vue superbes sur la vallée et le parc. N’hésitez pas à rentrer dans la partie « parc urbain » juste avant d’arriver sur Killarney. Elle offre de belles aires de picnic et un peu plus pour les amateurs de bivouac.

Pour la suite vous pourrez remonter vers Miltown ou directement Tralee. De ces deux points vous pouvez vous lancer dans le tour de la péninsule de Dingle. Peut-être l’une des plus scéniques de l’ouest mais aussi l’une des plus touristiques du pays. Cars et véhicules de touristes y sont légions. Pour rejoindre Dingle, le passage par le col au sud est certainement moins circulé par les autocars.

Depuis Tralee la remontée se fait le long de la côte par des petites routes jusqu’à l’arrivée sur le Shannon et la traversée par le bac de Tarbert. Le comté de Clare s’ouvre à vous. Direction le spanish point via une route côtière généralement en montée et descente. En vélo vous pourrez ensuite prendre une plus petite route vers les falaises réputées de Cliffs of Moher. La zone reste toutefois assez fréquentée. Passé ce site remarquable, continuez le long de la côte pour approcher le burren par sa partie côtière. Vous y pénétrerez ensuite vers le sud par de petites routes perdues au milieu de cette immense étendue calcaire où rien ne semble exister que des pierres grises et la végétation rase.

Au sortir du Burren, au nord se trouve une zone rurale agréable à parcourir avant d’arriver à Galway : porte du Connémara. La route au sortir de la ville est rectiligne et circulée mais vous arrivez assez vite dans une région où mer et terre se confondent. Toutes les petites îles ont leur propre palette de couleurs. Des escapades sur les îles sont possibles un peu partout. A Clifden vous pourrez même vous élever vers la sky road. Le national parc un peu plus loin permet une randonnée sur les monts environnants si le temps le permet.

En continuant vers le nord vous contournerez le Fjord de killary pour emprunter la route qui se faufile dans la doolough valley autrefois désertée à cause de la grande famine. Après les villes de Westport et Newport une voie verte peut vous emmener jusqu’à parcourir les îles d’Achill qui offrent également de belles randonnées pédestres.

Le Ballycroy Visitor Centre mérite un arrêt prolongé. Il permet très ludiquement de replacer l’environnement et la culture locale de l’usage de la tourbe. Et bien sût de la nécessité aujourd’hui de stopper son exploitation pour préserver ces zones humides uniques.

Un peu plus loin Ballina conduit vers Sligo d’où vous pourrez vous immiscer dans l’intérieur des terres de lacs en lacs ou le long des rivières.

Dans le Donégal, vous pourrez passer des villes de pêcheries où les spécialités locales de fumaison régaleront les estomacs des cyclistes les plus téméraires. Les Slieve league, encore un de ces éperons rocheux suspendu au dessus de la mer, est un superbe parcours pour qui peut emprunter des chemins escarpés.

Le chemin reste toujours aussi pittoresque le long de la côte avant de monter vers le Glenveagh national park où son château posé sur la rive d’un lough encastré entre deux massifs montagneux nous donne un petit goût d’Ecosse ou de terre celtique.

La route s’achemine alors vers Londonderry en zone britannique marqué d’une histoire à ne pas manquer. Un petit tour à la Malin head et retour au nord de l’Irlande du Nord où vous pourrez atteindre la fameuse chaussée des géants.

"Failte" Bienvenue en gaelic
Entre Océan et Mouton
Parfois des voies vertes
L'Irlande n'est pas plate par endroit, pas plate du tout !
Des petits ports de pêche
Une végétation florissante une bonne partie de l'année
Des parc nationaux remarquables (ici Killarney)
Des paysages de lacs et rivières
En route vers Dingle
Une culture de la tourbe à l'odeur inoubliable
Des bivouacs verts
Manque plus que la Guinness
Des véloroutes parfois balisées
Un bon coin pour pâturer
Des plages de sable au sud
Des petites routes peu fréquentées
Des bivouacs en bord de lac
La route du ciel ou dans le ciel ?!
Des petites villes accueillantes
Malin Head
Un accueil chaleureux
Des châteaux cachés dans la verdure
Une Irlande catholique
Des écosystèmes uniques (ici Burren)



Pour encore plus d'information...

Si vous souhaitez des renseignements complémentaires, vous pouvez trouver les coordonnées des adhérents ayant parcouru le pays dans l'espace adhérents de CCI (ouvert aux seuls adhérents CCI - pour le devenir, c'est par ici ).

Si un article est apparu dans la revue CCI vous pouvez le télécharger [ici]. (Mettre le nom du pays suivi de revue dans le moteur de recherche.)