Norvège

De WikiCycloPays
Aller à la navigation Aller à la recherche
Vous pouvez modifier cette page en remplissant toutes les parties ou n'ajouter que quelques lignes, le plus important est de contribuer. D'autres passeront derrière vous pour étoffer. Le but est l'enrichissement du contenu. Si vous avez un doute, mettez vos idées dans la page « discussion » de l'article. Le contenu doit être orienté cyclo-voyageurs : ceux qui voyagent en autonomie !
Norvège 1000px.png

Ce très grand pays de l'Europe (géographique) du Nord, à la population réduite (5 millions d'habitants), est un paradis pour le cyclo-voyageur ! Il permet, sans aller très loin, de se dépayser totalement : fjords, montagnes escarpées enneigées, plages de sable blanc et eau turquoise, déserts minéraux ou de mousses...

Avec quelques bonus comme les rennes ou le soleil de minuit !

Norvege1.jpg
Norvège2.jpg
Norvège3.jpg

Ce que vous aimerez certainement

  • Les paysages, superbes et diversifiés, alors que le pays n’est pas si loin de chez nous.
  • Le soleil de minuit, les rennes et les élans.
  • Le fait de pouvoir camper quasiment n'importe où.

Ce que vous pourriez ne pas aimer

  • Le temps, en particulier la pluie.
  • Le peu de contact avec les locaux.
  • Les moustiques et midges dans certains coins, tout là-haut.

Généralités

Géographie

La Norvège est un long pays de l'Europe du Nord. Elle appartient à la Scandinavie (avec la Suède et le Danemark ; ce n'est pas le cas de la Finlande qui a une toute autre culture). Elle est bordée par l’eau au sud (mer du Nord), à l’ouest (océan Atlantique), ainsi qu'au nord (océan Arctique). À l’est, elle est voisine avec la Suède sur toute sa longueur, ainsi qu’avec la Finlande et la Russie dans sa pointe extrême nord-est. Le cercle polaire arctique traverse le pays au sud de Bodø. La Norvège abrite également le point terrestre le plus septentrional (ou presque) du continent européen : le fameux Nordkapp (Cap Nord). Le pays est très montagneux ; quasiment 50 % du territoire est couvert par les Alpes scandinaves.

Météo/ Climat

Globalement, le climat de la Norvège est assez tempéré pour la latitude du pays (mais ne pas s'attendre à plus de 10°C en journée tout là-haut). Par contre, c'est un des pays les plus humides d'Europe (surtout sur la côte). Il est plutôt conseillé d’y aller entre mai (la neige a fondu) et septembre (avant le retour de l’hiver). Le soleil de minuit est quant à lui uniquement visible dans le nord du pays, en juin et juillet (les dates exactes varient selon la latitude).

Vents

Conditions locales, mais par endroits sur la côte, ça souffle ; surtout là-haut quand il n'y a plus d'arbres...

Y aller

  • À vélo, depuis la Suède, la Finlande ou la Russie (pour cette dernière, unique point de passage à Storskog (Kirkenes)).
  • En ferry, depuis le Danemark (Frederikshavn, Hirtshals ou København (Copenhague)), la Suède (Strömstad), ou l’Allemagne (Kiel).
  • En train depuis Malmö, ville suédoise en face de København, elle-même accessible en train depuis la France (compter 36 heures pour un Paris-Oslo).
  • Ou sinon en avion, il existe une cinquantaine d'aéroports disséminés dans le pays.

Langues

Norvège4.jpg

On y parle le norvégien, langue germanique paraissant être un mélange d'anglais, d’allemand, de néerlandais et d’un peu de français. Il est assez facile de réussir à déchiffrer les étiquettes dans les rayonnages, ainsi que les panneaux routiers. Par contre, se mettre à parler, en dehors des petits mots usuels (hej = salut, takk = merci, etc.), est autre chose.

Ce qui rend les choses faciles, c'est que 90% de la population parle anglais couramment !

Fait étonnant à noter, un norvégien parlant norvégien, peut tout à fait avoir une conversation avec un suédois parlant suédois, ou avec un danois parlant danois, voire avec un islandais...

Pour info (c'est toujours pratique de savoir prononcer le nom des villes), voici la prononciation des 3 voyelles norvégiennes supplémentaires par rapport à notre alphabet : æ = “è” ; å = “o” ; ø = “eu”. De plus, “sj" se prononce comme notre “ch”.

Visa

La Norvège ne fait pas partie de l’Union européenne, mais fait partie de l’espace Schengen ; on peut passer la frontière librement, la carte d'identité suffit.

Monnaie

La couronne norvégienne (norsk krone ou krone = NOK). 1€ ≈ 10 NoK.

Les norvégiens sont un des peuples au pouvoir d'achat le plus élevé du monde, ça se ressent donc sur le prix de la vie : la Norvège est un pays très cher.


À vélo

Carte / Guide

Norvège5.jpg

De nombreuses cartes existent, voir les cartes de Reise Know-How :

  • Southern Sweden and Norway (1:875.000)
  • Finland, Northern Scandinavia (1:875.000)

Il existe également le sud-ouest norvégien plus détaillé : Norway, South (1:500.000)

Il n’y a pas beaucoup de routes sur ces cartes (surtout pour la seconde), mais en fait en vrai, il n’en existe pas plus.

Routes-Circulation

La Norvège est un pays riche, et cela se ressent sur la qualité du réseau routier : beau bitume, ponts et tunnels de plusieurs kilomètres de long, etc.

Par contre, à part au sud où se concentre 4/5e de la population, le réseau routier est peu dense.

Toute la côte norvégienne, qui est l'endroit le plus habité du pays, est très découpée ; le réseau routier comporte de très nombreux tunnels et ponts, ainsi que liaisons par ferry, pour contourner cela. Attention, certains de ces tunnels sont interdits aux vélos ; plusieurs alternatives pour passer : soit il existe toujours la vieille route grimpant au-dessus de l'obstacle (et maintenant fermée aux voitures), des fois un ferry permet de contourner l’obstacle, ou sinon prendre le bus ou faire du stop.

Les norvégiens conduisent très bien, et font extrêmement attention aux vélos. Ils dépassent le plus souvent sur la voie d'en face, et s’il faut attendre 5 (vraies) minutes à 10 km/h pour avoir de la visibilité, ils le feront sans un klaxon ou rugissement de moteur ! Attention, ce ne sera pas forcément le cas avec les nombreux camping-cars étrangers qui circulent (essentiellement des allemands).

Par contre, de par le relief accidenté (montagnes, fjords, rivières, etc.), même s'il n’y a jamais de hauts cols, le cycliste passera son temps à monter et descendre. Mais tant mieux, c'est comme ça que l’on a les meilleures vues.

Norvège6.jpg

Vélo

Votre vélo de voyage habituel. Il est aussi possible d'en louer un sur place

Réparations

On croise des vélocistes, ainsi que des magasins genre Intersport (avec atelier vélo) dans pas mal de villes. Attention les pièces sont chères.

Transports locaux

  • Le moyen de transport le plus utilisé est le bateau. Cela va des multiples ferries, qui peuvent juste servir à traverser un fjord en quelques minutes, à des traversées de plusieurs heures. Embarquant quasiment tous des voitures, aucun problème pour y mettre le vélo (le prix va de gratuit à quelques euros (le tarif d'une moto) selon le contrôleur). Les ferries sont peut-être la seule chose dont le prix est raisonnable en Norvège !
  • Il y a également le fameux Hurtigruten, une flotte d’express côtiers qui remonte quotidiennement, 365 jours par an, toute la côte du pays, de Bergen jusqu'à Kirkenes. En mode croisière d'un bout à l'autre (6 jours), ce n'est clairement pas donné (à partir de 2 500 €). Mais il est tout à fait possible de ne le prendre que le temps d'une étape, donc sans payer de cabine, pour un prix raisonnable (tarif en fonction du trajet, globalement entre 20 et 35 €). Attention, vous n’aurez pas le choix de l’horaire ; pour un port donné, l’Hurtigruten passe à la même heure chaque jour de la semaine (ce qui fait faire des choses un peu étonnantes, comme prendre ou débarquer du bateau à 4h du matin). Si vous avez l’occasion de prendre le petit déjeuner, qui est un énorme buffet à volonté, il vaut ses 15 €.
  • Il existe également un réseau ferroviaire dans toute la partie sud du pays, qui ne va pas plus loin que Bodø. Plusieurs connexions avec les lignes suédoises. Attention, tous les trains n'accepteraient pas les vélos (picto vélo sur la table des horaires), et il peut y avoir un surcoût. (Cf section “Pour aller plus loin”.)
  • Un service de cars express dessert l’ensemble des villes principales du pays. Aucun problème pour y mettre le vélo, via un supplément.

Rouler au quotidien

Hébergements

Norvège7.jpg

La Norvège est un paradis pour le cyclo-voyageur. Il est possible de bivouaquer n’importe où, sans demander l'autorisation (même sur les propriétés privées, il suffit de ne pas être visible depuis l'habitation). C'est l’allemannsrett, le fameux droit coutumier.

Il y a également énormément de campings répartis dans tout le pays. Ce n’est pas forcément donné (entre 8 et 20 €), mais dans 95 % des cas, le voyageur aura accès à une cuisine collective : parfait pour être au sec et économiser du combustible. Les douches sont par contre le plus souvent payantes (environ 1 € les 3 à 5 min).

Beaucoup de campings ont également des hytte (chalet) à louer. Ça commence généralement autour des 50 € ; très cher pour une personne, mais à partir de 2-3, ça peut valoir le coup (surtout quand le prix de l’emplacement de camping est pour chaque tente…).

Un lit dans un dortoir en auberge de jeunesse sera plutôt entre 20 et 45 €, et une chambre d’hôtel entre 45 et 90 €, voire plus...

Approvisionnements

Nourriture

Les restaurants sont juste horriblement chers (25-30 € un plat). Il est possible de trouver des pizzas/kebas/hot-dogs à prix plus « raisonnables » (mais ça reste très cher pour ce que c'est…).

Sinon, pour s'approvisionner, il n’y a pas grand-chose à part des supermarchés ; même les boulangeries sont monnaie rare… Par contre, il y a des supermarchés un peu partout (même dans le nord du pays) ; il y a rarement besoin d’avoir plus de 1 ou 2 jours de nourriture d'avance.

Norvège8.jpg

Eau

L’eau est potable partout. Les stations-services et aires de repos sont bien pratiques pour se ravitailler. On croise aussi de nombreux cours d'eau dans le grand nord.

Réchaud

Même si c'est une aberration sur le plan énergétique, le plus facile reste le réchaud à gaz ; on trouve facilement des cartouches de gaz (à prix raisonnable : 10 € la 450 g) dans les Intersport et autres magasins d’outdoor. Sinon, les classiques réchauds à essence (environ 1,75 € le litre) ou au bois (attention, au-delà d’une certaine latitude, on dépasse la limite des arbres, donc difficile de trouver du combustible).

Téléphonie mobile-Internet

Depuis juillet 2017, l’utilisation (appels, SMS et datas) via un forfait français lors d'un voyage (3 mois maximum) en Europe (Norvège inclue), sont décomptés comme si on se trouve en France !

Les bibliothèques municipales permettent également le plus souvent d'avoir accès gratuitement à internet.

Norvège10.jpg

Contacts

Relations

facilité, accueil

Tourisme

pression touristique, si oui où ?

Habillement

habillement si spécifique

Enfants

Norvège11.jpg

Sans problème, la sécurité sur les routes est top.

Sécurité

Rien à signaler, pays très sûr et tranquille.

Santé

Pas de soucis particuliers. Attention aux moustiques et midges dans le grand nord ; ils peuvent rendre certains bivouacs « compliqués »...
Bonne chose, la carte européenne d'assurance maladie est valable en Norvège.
Pensez à prendre un jeu de boules quies, c'est quasi indispensable pour franchir les longs tunnels, afin de se protéger du bruit du trafic et des turbines de ventilation !

Pour aller plus loin

Articles apparus dans la revue CCI

  • Donnez le numéro / date de la revue et mettre un lien vers le/les numéro à télécharger si possible
  • ......

Itinéraires

Des idées de tronçons dans la moitié supérieure du pays, basés sur un voyage de 7 semaines en Norvège.

1 De Trondheim à Bodø

Cet itinéraire emprunte la très célèbre Fv17. Cette magnifique route (environ 600 km), suit la côte au plus près, en passant par fjords et îles, et via de nombreux ferries.

De Trondheim, prendre la E6 vers le nord, jusqu'à Asp (Steinkjer). La route 17 commence ici. Elle reste plutôt côté terre en passant par Namsos, Foldereid ; puis c'est le premier bac (d'une longue série) pour arriver à Vennesund. Parfois, il n’y a même pas 20 km de route entre deux bateaux !

Quelques noms de villes où la route passe : Vik, Brønnøysund, Sandnessjøen, Nesna, Ørnes, Saltstraumen. La Fv17 se termine au niveau de Løding, reste une quinzaine de kilomètres le long de la grande route 80 pour rejoindre Bodø (dont une belle partie sur une piste cyclable séparée).

2 De Bodø à Tromsø

L'itinéraire permet de traverser les fameuses îles Lofoten et leurs petites sœurs les Vesteraalen. Vous êtes désormais au-dessus du cercle arctique ; les rorbus (petites maisons de pêcheurs saisonnières, le plus souvent peintes en rouge) sont légions, les morues qui sèchent également. Et les paysages de ces îles escarpées, dont les montagnes enneigées tombent à pic dans l'océan, superbes.

De Bodø, prendre un bateau pour traverser vers l’archipel des Lofoten (Å). Il est possible de faire un détour par Røst (île pancake pas bien grande), ainsi que par Værøy (très jolie île, mais qui ne compte pas beaucoup de routes). Ensuite, il y a peu de choix de route sur les Lofoten même. De Å, prendre au nord la E10 ; quelques villes : Reine, Ramberg. À partir Leknes, il est possible de quitter la E10 pour une alternative plus au sud. Puis de retour sur la E10, pour passer à Kabelvåg et Svolvær. Juste avant le long Sløverfjord tunnel, quitter la E10 sur la gauche pour la Fv82 direction Strønstad ; à 1,5 km il y a le terminal de ferry de Fiskebøl.

Le ferry vous dépose à Melbu, sur l’archipel des Vesteraalen ; continuer sur la 82 plein nord. Quelques villes : Stokmarknes, Sortland. De Sortland, il est possible de faire un aller-retour pour aller explorer l’ouest des Vesteraalen, magnifique ! Puis continuer la 82 au nord (Maurnes, Forfjord) ; à la sortie de Risøyhamn tourner à gauche sur la Fv974, qui longe toute la côte ouest de l'île de Andøya (sauvage et superbe). Remonter jusqu'à Andenes, à la pointe nord.

Un ferry relie Andenes à Torsken sur l'île de Senja. C'est maintenant la Fv86 qu'il faut suivre, jusqu'à l’embranchement avec la Fv862 (environ 7 km après Finnsæter). Prendre celle-ci vers le nord et Bergsbotn, Ersfjord, Mefjordbotn et finalement Botnhamn. De là, nouveau ferry pour Brensholmen. La 862 continue vers l'est légèrement nord, et après Kaldfjord permet de rejoindre Tromsøya, l'île de Tromsø, par l'ouest.

3 De Tromsø au Nordkapp

Plein dans le grand nord et la Laponie. L'itinéraire fait prendre une fois l’Hurtigrunten afin de découvrir la très jolie route d’Havøysund, en évitant un aller-retour. Si le (fameux) « tunnel du Cap Nord » vous fait peur, vous pouvez l'éviter en prenant l’Hurtigrunten de Havøysund à Honningsvåg.

De Tromsø descendre la E8 jusqu'à Nordkjosbotn, puis continuer au nord sur la E6. Celle-ci longe l’eau jusqu'à Alta, dernière grosse ville du nord du pays. Continuer la E6 jusqu'à Skaidi, et bifurquer sur la Fv94 jusqu'à Hammerfest.

De Hammerfest, prendre l’Hurtigrunten pour une étape, jusqu'à Havøysund. Puis redescendre via la 889 jusqu'à Smørfjord. De là, on se trouve à l'entrée de la E69, qui se termine en cul-de-sac au Nordkapp. Le tant attendu Nordkapptunnelen (7 km de long, descente à -200 m sous l'eau, puis remontée) est situé entre Kåfjord et Honningsvåg, et permet de rejoindre la presqu'île de Magerøya. Le Nordkapp se trouve au nord de la presqu'île, au bout de la route...

4 Les péninsules du nord-est

Nordkinnhalvøya et Varangerhalvøya, les péninsules du nord-est, déserts de mousses et de roches. Après être arrivé au Cap Nord, il est possible de prolonger dans le nord-est du pays. Compter environ 2 semaines ; cette partie de la Norvège vaut vraiment le détour !

Depuis Honningsvåg, prendre l’Hurtigrunten pour une étape jusqu'à Kjøllefjord ; vous êtes sur la péninsule de Nordkinn. De là, prendre la 894, puis la 888 au sud pour rejoindre Lebesby, puis Ifjord. Partir plein est sur la Fv98, et rejoindre Tania.

Prendre la 890 au nord, direction Kongsfjord puis Berlevåg pour atteindre la péninsule de Varanger. De Berlevåg, prendre l'Hurtigrunten jusqu'à Vardø.

Une fois sorti de la presqu'île (via un tunnel sous-marin), ne pas hésiter à faire un aller-retour jusqu'à Hamninberg, minuscule village quasi abandonné. Pour ce faire, prendre la Fv341 vers le nord. La route, qui longe la furieuse mer de Barents, est une pure merveille !

De retour à Svartnes, prendre la E75 vers le sud-ouest. Passage à Vadsø, et arrivée à Varangerbotn. De là, continuer jusqu'à Kirkenes (en sachant que c'est un cul-de-sac, hors passage en Russie, ou retour en bus/bateau/avion). Ou alors, passer en Finlande à Utsjoki (85 km de Varangerbotn).

Pour rentrer sans prendre l’avion, une possibilité est de descendre jusqu'à Rovaniemi (Finlande, au niveau du cercle polaire). De là, train jusqu'à Helsinki (jolie capitale), puis bateau jusqu'en Allemagne (Travelmünde/Lübeck).

Articles connexes

liens vers d'autres pages sur ce wiki liées à cet endroit


Pour encore plus d'information...

Si vous souhaitez des renseignements complémentaires, vous pouvez trouver les coordonnées des adhérents ayant parcouru le pays dans l'espace adhérents de CCI (ouvert aux seuls adhérents CCI - pour le devenir, c'est par ici ).

Si un article est apparu dans la revue CCI vous pouvez le télécharger [ici]. (Mettre le nom du pays suivi de revue dans le moteur de recherche.)