« Roumanie » : différence entre les versions

De WikiCycloPays
Aller à la navigation Aller à la recherche
 
(8 versions intermédiaires par 2 utilisateurs non affichées)
Ligne 141 : Ligne 141 :
*''……''
*''……''
===''Articles apparus dans la [https://www.cyclo-camping.international/fr/revue/non-categorise/revue revue CCI]''===
===''Articles apparus dans la [https://www.cyclo-camping.international/fr/revue/non-categorise/revue revue CCI]''===
*[https://www.cyclo-camping.international/download/revue/CCI_Revue_151.pdf ''Revue été 2019 (n°151) : Une semaine en hiver entre Bulgarie et Roumanie'']
*[https://www.cyclo-camping.international/download/revue/CCI_Revue_151.pdf ''Revue été 2019, n°151, p4-7, Une semaine en hiver entre Bulgarie et Roumanie, Roland et Marylène Petit'']
*[https://www.cyclo-camping.international/download/revue/CCI_Revue_n114.pdf ''Revue printemps 2010 (n°114) : Rejoindre Istanbul en Famille'']
*[https://www.cyclo-camping.international/download/revue/CCI_Revue_n114.pdf ''Revue printemps 2010, n°114, Rejoindre Istanbul en Famille, Emmanuel Favre'']
*[https://www.cyclo-camping.international/download/revue/CCI_Revue_n104.pdf ''Revue automne 2007 (n°104) : Epopée en Transcarpatie'']
*[https://www.cyclo-camping.international/download/revue/CCI_Revue_n104.pdf ''Revue automne 2007, n°104, Epopée en Transcarpatie, Olivier Pierard'']
*[https://www.cyclo-camping.international/download/revue/CCI_Revue_n76.pdf ''Revue printemps 2000 (n°76) : Voyage en Roumanie: conseils pratiques, J.L. Maréchal'']
*[https://www.cyclo-camping.international/download/revue/CCI_Revue_n76.pdf ''Revue printemps 2000, n°76, Voyage en Roumanie : conseils pratiques, Jean-Luc Maréchal'']
*[https://www.cyclo-camping.international/download/revue/CCI_Revue_n69.pdf ''Revue printemps 1998 (n°69) : De retour de Roumanie, Michel Vernus'']
*[https://www.cyclo-camping.international/download/revue/CCI_Revue_n69.pdf ''Revue printemps 1998, n°69, p21, De retour de Roumanie, Michel Vernus'']
*[https://www.cyclo-camping.international/download/revue/CCI_Revue_n59.pdf ''Revue automne 1995 (n°59) : Hospitalité roumaine, M Mercier'']
*[https://www.cyclo-camping.international/download/revue/CCI_Revue_n59.pdf ''Revue automne 1995, n°59, p6-7, Hospitalité roumaine, Florence Foisnon et Max Mercier'']


== Itinéraires==
== Itinéraires==


 
====  <big>Itinéraire 1 : La Roumanie du Sud au Nord : +/- 5 semaines août - septembre 2016</big> ====
Itinéraire 1 : La Roumanie du Sud au Nord : +/- 3 semaines août - septembre 2016
 
{| class="wikitable"
{| class="wikitable"
|+
|+
Ligne 166 : Ligne 164 :


Plus au nord Sighișoara est immanquable. Le Mureș vous offre des paysages de vallées profondes, voire de gorges, dans des paysages ruraux verdoyants. Des monastères orthodoxes aux peintures omniprésentes sont présents régulièrement dans ces régions du nord des Capartes orientales. Les villages et églises en bois n’y sont pas rares ainsi que de petites fermes de moyenne montagne.
Plus au nord Sighișoara est immanquable. Le Mureș vous offre des paysages de vallées profondes, voire de gorges, dans des paysages ruraux verdoyants. Des monastères orthodoxes aux peintures omniprésentes sont présents régulièrement dans ces régions du nord des Capartes orientales. Les villages et églises en bois n’y sont pas rares ainsi que de petites fermes de moyenne montagne.
Du nord il est ensuite possible de rejoindre la [[Moldavie]], pays cousin où l’on parle le roumain, pour un tout autre décors.
Du nord il est ensuite possible de rejoindre la [[Moldavie]], pays cousin où l’on parle le roumain, pour un tout autre décors.
   
   
Ligne 202 : Ligne 201 :
|}
|}


 
==== <big>Itinéraire 2 :</big>    ''proposition d’itinéraires avec une carte du parcours, si possible : indication de distance, de durée, de difficulté, d’engagement, hébergement remarquable'' ====
 
 
''proposition d’itinéraires avec une carte du parcours, si possible : indication de distance, de durée, de difficulté, d’engagement, hébergement remarquable''
 
''Si vous acceptez de mettre votre nom, d'autres peuvent éventuellement vous contacter pour d'avantage de précisions, mais ce n'est pas une obligation''
''Si vous acceptez de mettre votre nom, d'autres peuvent éventuellement vous contacter pour d'avantage de précisions, mais ce n'est pas une obligation''



Version actuelle datée du 7 septembre 2022 à 15:13

Vous pouvez modifier cette page en remplissant toutes les parties ou n'ajouter que quelques lignes, le plus important est de contribuer. D'autres passeront derrière vous pour étoffer. Le but est l'enrichissement du contenu. Si vous avez un doute, mettez vos idées dans la page « discussion » de l'article. Le contenu doit être orienté cyclo-voyageurs : ceux qui voyagent en autonomie !
Roumanie1000px.jpg

La Roumanie est vraiment un pays fabuleux pour les cyclo-voyageurs. Elle possède à la fois des réserves naturelles remarquables, une géographie diversifiée, un patrimoine riche et un peuple tellement chaleureux. Du Delta du Danube, en passant par les montagnes des Carpates, du nord au centre, et la plaine de Transylvanie, ce sont des milliers d'hectares d'espaces naturels où l'environnement semble encore préservé; et que l'on peut parcourir sur des routes de petite à moyenne dimension sans trop de véhicules. Rentrée pleinement dans l'Europe, la Roumanie offre désormais de bonnes infrastructures et mérite vraiment le détour. Les Roumains sont ouverts sur le monde et vous y serez accueillis avec plaisir et envie. Ils veulent vous faire sentir comme chez vous.

Le pays reste aussi vraiment à part, rempli d'une modernité palpable mais encore au 19e siècle dans certaines zones. Vous pourrez y croiser des chevaux dans les champs ou sur les routes, des puits pour prendre de l'eau, des villages perdus dans le passé ou bien des tracteurs immenses, des stations de ski de dernière génération et des sites patrimoniaux équipés des nouvelles technologies.

Alors si vous êtes amateurs de paysages variés et verdoyants, de faune sauvage ou domestiquée, de routes qui montent et qui descendent (ou pas), de petits coins sympas pour bivouaquer, de patrimoine culturel diversifié et parfois saisissant, d'une relation humaine ouverte, sympathique et chaleureuse, un petit tour en Roumanie s'impose.

Ce que vous aimerez certainement

  • Les gens souriants et très accueillants
  • Une générosité débordante envers les français
  • Les sites classés au patrimoine mondial
  • Le paysage diversifié de plaine, de vallons et de montagne
  • Des sites naturels et une faune remarquable
  • Les villages ruraux perdus dans le passé
  • Les centres villes anciens

Ce que vous pourriez ne pas aimer

  • Les grandes villes et centres urbains souvent plutôt moches
  • La circulation difficile sur les grandes routes principales
  • Une séparation des villages Rom des autres villages
  • Les chiens écrasés sur la route (majoritairement dans les plaines)

Généralités

Distances/reliefs

La Roumanie en relief. Le massif des Carpates (méridionales et orientales)

La Roumanie offre un peu de tout : les montagnes des Carpates (Pasul Urdele est à 2 146 m), les collines de Transylvanie, vallonnées mais rarement raides, et les plaines vers la Mer Noire. La Roumanie est aussi vaste que l'ancienne Allemagne de l'ouest mais avec une population d’à peine 23 millions d’habitants.

Un pays vraiment devenu Européen

Météo/ Climat

La Roumanie possède des climats liés à son relief. Dans les plaines du sud entre Danube et Carpates, les températures peuvent monter très haut en été (Bucarest annonce une température moyenne de 18° C en avril ; en juillet, la température moyenne s’élève à 30° C, avec des températures hautes de 43° C). Et bien entendu dans les massifs montagneux les températures sont plus clémentes voire même vraiment froide lorsque l'on s'engage dans la haute montagne. La plaine de Transylvanie reste également plus modérée en température mais des pluies importantes peuvent arriver en toute saison avec la barrière des Carpates bloquant les dépressions. En général, Il pleut environ sept jours par mois quelle que soit la saison.

Vents

Normalement du nord-est. Venteux en mars et avril, vent modéré en juin-août.

Un pays volontairement multi-lingue

Y aller

  • En vélo : Il est bien entendu aisé de rallier la Roumanie par l'Eurovélo 6. Le trajet longe le Danube mais il est aussi possible de rentrer dans le pays via la Hongrie pour aller dans les régions du nord. L'Ukraine permet un accès tout au nord ou bien tout au sud près du delta du Danube et d'Odessa. A l'Est la Moldavie ou encore la Bulgarie au sud, en prenant des bacs sur le Danube, ont des points d'entrée terrestres.
  • En Auto-car : Nombre de roumains font des aller-retours entre les différents pays d'Europe occidentale et leur famille. Vous pourrez trouver des services d'auto-cars reliant les grandes villes du pays aux grandes villes d'Europe. Certaines compagnies emportent les vélos comme des bagages.

Langues

Le roumain est la langue officielle. C'est une langue cousine du français, aussi à l’écrit vous pourrez lire cabinet medical, magazin alimentar, librarie, sens unic etc. Mais la langue parlée est plus difficile avec des consonances sous influence slave. A noter que le « i » à la fin des mots ne se prononce presque jamais, le "s" avec cédille "ch", ....

Vous pourrez trouver quelques roumains parlant quelques mots de Français car lors de la guerre froide c'était la langue internationale enseignée dans les pays sous influence soviétique. Aujourd'hui le pays s'est complètement tourné vers l'Europe et les jeunes parlent anglais voire allemand ou italien. Beaucoup de roumains ont également migrés vers l'Europe occidentale facilitant les transferts de langues.

Tous les roumains sont très communicatifs et on trouve toujours à se faire comprendre.

A noter qu'il existe au moins une région où la langue pratiquée est le Hongrois. Dans le nord-est des populations de hongrois se sont établies il y a plusieurs siècles. Ils continuent aujourd'hui à parler et écrire le hongrois (y compris dans les supermarchés) même si les jeunes parlent tous le roumain.

À vélo

Carte / Guide

Roumanie 1.jpg

Les cartes et guides peuvent parfois être variables ou éloignés de la réalité ponctuellement. Les cartes Michelin ou Marco Polo sont correctes pour un voyageur au long court et elles se trouvent dans les magasins des grandes villes ou parfois dans des stations services.

Cartes gratuites sur le site openmaps recherche Romania

Routes-Circulation

Le pays a bénéficié d'aides importantes de l'Europe pour moderniser ses infrastructures et cela se ressent. Bien entendu les routes sont parfois imprévisibles, soit tranquilles, soit fréquentées par les camions. Les grandes routes sont indiquées par un E dans le numéro, mais beaucoup de routes sont signalées avec ce fameux E sans pouvoir prédire s’il s’agit d'une route infernale ou d’un chemin rural et bucolique. Les revêtements sont également aléatoires, soit ils sont bons à très bons, soit ils sont défectueux avec pas mal de nids de poule dans le bitume.

La conduite des automobilistes n'est pas vraiment attentionnée et sérieuse. Les voitures et les camions pourront faire des écarts notamment pour éviter les trous ou les chiens errants, voire les chiens écrasés assez régulièrement présents sur les routes.

Vélo

La route "principale" vers Sebes

Rien à noter mais préférez de bons pneus assez larges.

Réparations

Difficile. Peu de vélocistes hors des grandes villes. On peut trouver des pneus de 26 pouces. En cas de difficulté, présentez-vous à un garage : les années sous Ceausescu ont fait des Roumains de bons bricoleurs.

Transports locaux

Les trains acceptent souvent les vélos. Cherchez le symbole b dans les horaires (www.cfr.ro). Mais… les traditions d'autrefois persistent : s'il n'y a pas de symbole vélo, ou même si ça existe, soyez prêt à demander gentiment au conducteur ou à négocier. Idem pour les bus inter-villes. En cas de difficulté, faites de l'auto-stop, les conducteurs dans la campagne sont parfois disposés à prendre un vélo.

Rouler au quotidien

Hébergements

Des bivouacs possibles même à côté de monuments classés

Peu de campings et ceux qui existent ne sont pas toujours d'une qualité enviable. En tout cas, « camping » en Roumanie veut dire souvent un casute ou une cabine. Le camping sauvage est facile et sans problèmes, sauf près de la mer et sous condition que la tente soit bien cachée. Planter sa tente dans un village, en pleine vue, n'est pas apprécié.

Dans les montagnes, soyez prudent et ne gardez jamais votre nourriture dans la tente parce qu'il y a des ours et des loups. Pas beaucoup et rarement méchants, mais ils sont là quand même. Beaucoup d'hôtels dans les grandes villes et près de la Mer Noire. Inspectez la chambre avant de la prendre : le rapport qualité-prix est à considérer. Il y a quelques auberges de jeunesse : cherchez sur hihostels romania. Il existe des auberges-voyageurs à Bucarest et parfois ailleurs.

Au milieu de nulle part, indiquez par gestes que vous cherchez une chambre pour la nuit et, souvent vous en trouverez une moyennant une petite somme. Bien entendu n'acceptez jamais une chambre offerte par ceux qui sollicitent les touristes dans les grandes gares.

Vous pourrez également vous faire inviter par des personnes rencontrées sur la route. N'hésitez pas à demander pour mettre la tente dans un petit coin de verdure ou un champ. Les roumains sont ouverts.

Les réseaux d'accueil (Warmshowers, ...) fonctionnent dans le pays. Il y a beaucoup de jeunes ouverts aux relations internationales.

Enfin une dernière possibilité que vous pourriez expérimenter sur la route : les monastères orthodoxes. Les popes chrétiens orthodoxes sont très accueillants. Ils accepteront volontiers votre tente dans un petit coin de leur terrain et seront même ravi de vous compter parmi leurs invités assez régulièrement en pèlerinage dans tout le pays.

Approvisionnements

Nourriture

Roumanie 3.jpg

Il n'y a pas de magasins partout dans la campagne mais on trouve régulièrement des petites boutiques et des petits supermarchés dans toutes les moyennes à petites villes. Il n'y a aucuns problèmes pour trouver de quoi manger. Et vous n'êtes pas à l'abri de vous retrouver avec une pastèque entière, une bouteille de bière, un bidon d'eau, ... Les Roumains ruraux cultivent aussi souvent leur lopin de terre et échangent également entre eux ce dont ils ont besoin – des légumes pour une poule, etc. Dans les magasins les étiquettes sont en roumain, ce qui rend la vie intéressante quand vous devez demander des œufs ou simplement demander ce qui est disponible.

Les restaurants sont quasiment introuvables hors des grandes villes. A noter que dans les restaurants ou hôtels tout est payant, même un verre d'eau.

Eau

Aucun problème dans les grandes villes même si le réseau laisse parfois à désirer. Le pays se développe et tous les villages n'ont pas encore eu l'eau courante dans les maisons. Les puits publics sont rarement fiables en terme de qualité mais l'eau y est plutôt claire et avec une pompe de filtration ou des pastilles c'est convenable.

Réchaud

Le gaz est disponible dans les villes.

Des stations sont très régulièrement accessibles pour faire le plein d'essence du réchaud.

Téléphonie mobile-Internet

Bon réseau dans les grandes villes mais difficile ailleurs. On trouve des cybercafés à Bucarest.

Contacts

Relations

Les Roumains sont ouverts et très accueillants, surtout avec les français ! Notre pays a une très bonne image auprès des roumains et ils semblent vouloir nous le montrer. Également bien habitués aux gens qui n'ont pas de voiture ils restent en revanche intrigués par les cyclotouristes. Pourquoi un européen de l'ouest se fatigue-t-il avec un vélo ? Le vélo c'est pour les plus pauvres !

Des moments où les relations peuvent être distantes sont possibles. C'est notamment le cas dans les villages où les Roms semblent tous avoir été "sédentarisés" dans des maisons identiques entourées de routes en terre ou en gravier. La présence d'un européen occidental (donc riche comparativement à eux) n'est pas forcément bien appréciée.

Tourisme

Le pays s'est fortement ouvert au tourisme; notamment aux touristes européens. Il n'y a pas beaucoup de tourisme en général mais certains monuments ou sites sont assez fréquentés. En été vous ne serez pas tout seul sur le Delta du Danube, à Bucarest, et dans toutes les villes possédant un centre historique remarquable (Brașov, Sighișoara, ....) mais également dans tous les monastères et églises classées au patrimoine national ou mondial de l'UNESCO dans lesquels les peuples de cultures saxonnes ou orthodoxes apprécient la visite ou encore dans des châteaux ou forteresses à la réputation internationale (château de Dracula, ...). Le côté intéressant est que vous pouvez parfois bénéficier de la visite guidée des groupes italiens, allemands, russes, polonais descendus des cars de tourisme.

Habillement

Comme en France, mais soyez respectueux dans les églises

Enfants

y aller avec des enfants, facile, difficile, intéressants, conseils spécifiques

Sécurité

Aucune difficulté, bien que les gens parlent souvent des gitans « qui vont voler les chaussures de sous vos pieds ».

Pour aller plus loin

Les sites classés à l'UNESCO :

  1. Le Delta du Danube : https://whc.unesco.org/fr/list/588
  2. Le coeur de Sighișoara : https://whc.unesco.org/fr/list/902
  3. Les églises fortifiées de Transylvanie : https://whc.unesco.org/fr/list/596
  4. Monastère Orthodoxe classé : https://whc.unesco.org/fr/list/597
  5. Les églises en bois du Nord : https://whc.unesco.org/fr/list/904
  • blogs pertinents de vélo voyageurs …
  • livres, revues, articles …intéressants
  • initiatives locales intéressantes a rencontrer
  • ……

Articles apparus dans la revue CCI

Itinéraires

Itinéraire 1 : La Roumanie du Sud au Nord : +/- 5 semaines août - septembre 2016

Parcours Roumanie Sud Nord
Dans la région plane au sud de Bucarești vous pouvez rejoindre le Danube et ses bras le long de la frontière bulgare. Au niveau du fleuve, n’hésitez pas à traverser vers Silistra pour un aller-retour à la réserve de Srébarna en Bulgarie où de nombreux oiseaux s’y arrêtent.

Sur la côte du sud jusqu’au delta vous longerez de multiples lacs salés, prémices de la réserve naturelle. Ici les apiculteurs nomades posent leurs camions aux cases colorées pour faire du miel de fleurs sauvages. Il est possible de prendre des petits bateaux en ligne régulière pour rejoindre les villages isolés sur la Mer Noire. Dans les parcs on trouve des locations de kayaks et des guides pour vous emmener faire un tour au plus proche des réserves même si nombre d’entre elles sont strictement interdites pour préserver les lieux de reproduction, notamment des pélicans.

Direction nord-ouest, le Danube traversé vous commencerez une région de piedmont de plus en plus vallonnée. D’ici les espaces verdoyants et arborés ne vous quitteront plus. Quelques cascades, parcs naturels seront l’occasion de pauses après de bonnes montées. Vous rentrez en Transylvanie où les premières églises fortifiées apparaissent. Brașov est une ville remarquable à voir. Puis sur la route vers le château de Bran, après une partie montagneuse où les clôtures foisonnent pour éviter les intrusions d’ours, la citadelle de Rașnov est impressionnante. La ville historique de Sibiu, plus au nord, est également à visiter.

Pour les amoureux de la haute montagne, vous vous dirigerez vers le sud pour un périple dans les Carpates méridionales vers les points culminants du pays. La TransAplina et la Transfăgărașan sont deux routes départementales « parallèles » dans le massif vous permettant d’effectuer une boucle et de visiter quelques lieux et sites remarquables.

Plus au nord Sighișoara est immanquable. Le Mureș vous offre des paysages de vallées profondes, voire de gorges, dans des paysages ruraux verdoyants. Des monastères orthodoxes aux peintures omniprésentes sont présents régulièrement dans ces régions du nord des Capartes orientales. Les villages et églises en bois n’y sont pas rares ainsi que de petites fermes de moyenne montagne.

Du nord il est ensuite possible de rejoindre la Moldavie, pays cousin où l’on parle le roumain, pour un tout autre décors.

Image de la citadelle de Rasnov
Citadelle de Rasnov
Transfert vers le Delta du Danube
Habitation rurale typique
Un bout de la réserve naturelle le long de la mer noire
Un prêtre orthodoxe apiculteur dans le Delta
Le transport du foin avec un véhicule écologique
Un accueil partout sur le territoire "Bine ati Venit"
Des pistes cyclables à Bucarest
Traversée du Danube entre pays frontaliers
Un accueil humain et très chaleureux
Des centres historiques classés UNESCO
La région des églises fortifiées
Des monastères orthodoxes rupestres
Des lacs superbes dans les montagnes
Des zones de pâturage en piedmont
La route de la Transfăgărașan
Sur le sommet de la Roumanie
Sighișoara avec ses monuments classés UNESCO
Ruelles colorées
Maison de Montagne
L'unique route au centre du Delta du Danube
Des portiques et clôtures traditionnelles des régions de montagne
RoumMonastereFortifie1000px.JPG

Itinéraire 2 : proposition d’itinéraires avec une carte du parcours, si possible : indication de distance, de durée, de difficulté, d’engagement, hébergement remarquable

Si vous acceptez de mettre votre nom, d'autres peuvent éventuellement vous contacter pour d'avantage de précisions, mais ce n'est pas une obligation

Articles connexes

liens vers d'autres pages sur ce wiki liées à cet endroit


Pour encore plus d'information...

Si vous souhaitez des renseignements complémentaires, vous pouvez trouver les coordonnées des adhérents ayant parcouru le pays dans l'espace adhérents de CCI (ouvert aux seuls adhérents CCI - pour le devenir, c'est par ici ).

Si un article est apparu dans la revue CCI vous pouvez le télécharger [ici]. (Mettre le nom du pays suivi de revue dans le moteur de recherche.)